Connect with us

Cryptocurrency

une «nette amélioration» attendue cette semaine en Île-de-France

Published

on

Spread the love

L’ensemble des départements de l’Île-de-France figurent lundi dans le top 10 des départements les plus touchés par des pénuries. PASCAL GUYOT / AFP

Le problème du sans-plomb ne semble toujours pas réglé dans la région-capitale, à la différence du gasoil.

Advertisement

Les stations-service d’Île-de-France, très touchées par les pénuries de carburants, devraient connaître une «nette amélioration» cette semaine, en dépit de grèves persistantes contre la réforme des retraites, a assuré lundi à l’AFP le syndicat des entreprises pétrolières (Ufip). L’Ufip explique que des pompages de carburants auto vers la région parisienne ont débuté. «On démarre mal la semaine, mais je pense que ça va s’améliorer nettement dans le courant de cette semaine», a déclaré Olivier Gantois, président de l’Ufip.

Sur l’ensemble du territoire, la semaine passée, «on a commencé à 17% de stations en difficulté (manque d’au moins un produit) sur la France entière, et on a terminé à 9%», a rappelé Olivier Gantois, qui souligne que le chiffre de près de 11% constaté lundi «confirme la tendance d’amélioration», malgré une remontée due à l’absence de livraisons le samedi après-midi et le dimanche.

Advertisement

«En revanche, il y a un point dur, c’est le sans plomb en Île-de-France», a souligné Olivier Gantois. Selon lui, sur le diesel, il n’y a «pas plus de problèmes qu’ailleurs on est dans les 9, 10% (de stations en rupture), en revanche, en sans plomb, on est entre un tiers et la moitié de stations qui manquent de sans plomb».

Advertisement

Expéditions sporadiques

Une situation due, selon lui, aux frayeurs concernant le manque de kérosène dans les aéroports parisiens il y a une dizaine de jours et qui avaient poussé le gouvernement à procéder à des réquisitions à la raffinerie de Normandie de TotalEnergies. «Ca s’appelle déshabiller Paul pour habiller Jean», a expliqué Olivier Gantois, selon qui «tous ces produits passent par le même pipeline pour aller en Ile-de-France» : «quand il y a eu ce souci sur les aéroports de Paris, les approvisionnements en carburéacteur sont passés devant les approvisionnements en sans-plomb», a-t-il indiqué. «Depuis, on a remis dans le pipeline du sans-plomb de manière à réapprovisionner les dépôts de la région parisienne, mais c’était encore tendu en fin de semaine dernière : Je pense que cette semaine, comme les pompages vont arriver, la situation va s’améliorer très nettement en Ile-de-France», a-t-il ajouté.

L’ensemble des départements de l’Île-de-France sont particulièrement touchés par des pénuries, selon des données du Figaro. Les Hauts-de-Seine est le département le plus touché (52,6% des stations manquent d’au moins un produit), devant le Val-de-Marne (49,4%), l’Indre-et-Loire (45,1%), l’Essonne (42,9%), les Yvelines (40,6%), la Seine-Saint-Denis (37,6%) et Paris (37,5%). Des pénuries qui touchent essentiellement le super sans-plomb.

Advertisement

Les expéditions de carburants de trois des six raffineries conventionnelles de France, toutes situées dans l’ouest du pays, étaient encore à l’arrêt lundi, selon un dernier pointage de la CGT : les raffineries TotalEnergies de Donges et Gonfreville-L’Orcher et la raffinerie Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme-Gravenchon, également en arrêt de production pour des raisons techniques ou à l’initiative des grévistes.

Ailleurs, la raffinerie TotalEnergies de Feyzin (Rhône) «tourne et ils livrent», a indiqué Eric Sellini, secrétaire fédéral de la CGT Chimie. La raffinerie Esso-ExxonMobil de Fos-sur-Mer est selon lui toujours en grève mais doit expédier des carburants sporadiquement pour vider ses bacs, tandis que la raffinerie voisine PétroIneos de Lavéra a repris ses expéditions et pourrait redémarrer sa production.

Advertisement

Source link

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *