Connect with us

Entreprises

L’Inde rapatrie tout son or

Published

on

Spread the love


20h00 ▪
8
min de lecture ▪ par
Nicolas T.

Advertisement

New Delhi a rapatrié son or d’Angleterre, signe qu’un nouvel ordre monétaire international est en gestation. Le bitcoin en embuscade.

bitcoin

L’Inde récupère son or

La banque centrale indienne (RBI) vient de transférer 100 tonnes d’or depuis son ancien colonisateur. Le dernier transfert d’or de cette envergure fut dans le sens inverse, en 1991.

L’Inde souhaite officiellement économiser sur les frais de stockage actuellement payés à la Banque d’Angleterre. Officieusement, les tensions géopolitiques s’aggravent.

Advertisement

Cette boulimie d’or n’est pas contenue à l’Inde. Les achats d’or par les banques centrales atteignent des records historiques ces derniers temps.

Selon le World Gold Council, la Chine a mis la main sur 225 tonnes d’or en 2023, soit environ un quart des 1 037 tonnes achetées par l’ensemble des banques centrales. Voici les plus grands détenteurs d’or :

Advertisement

USA : 8 133 tonnes; Allemagne : 3 352 tonnes; Italie : 2 451 tonnes; France : 2 436 tonnes; Russie : 2 332 tonnes; Chine : 2 262 tonnes; Suisse : 1 040 tonnes; Japon : 845 tonnes; Inde : 822 tonnes; Pays-Bas : 612 tonnes; Turquie : 570 tonnes; Taïwan : 423 tonnes; Portugal : 382 tonnes, etc.

Les banques centrales détiennent 17 % de tout l’or du monde (36 700 tonnes). Elles sont redevenues acheteuses nettes depuis 2010, en réaction au QE de la Fed.

Advertisement

La RBI s’est remise à accumuler de l’or depuis décembre 2017. L’or représente près de 10 % de ses réserves de change totales. C’est moins que la moyenne mondiale que JP Morgan estime à près de 20 %.

Source : JP Morgan

Gold Standard

La BRI dit vouloir diversifier ses réserves, se protéger contre l’inflation et atténuer les risques de change. Sage décision quand on voit ce qui est arrivé aux 250 milliards d’euros et de dollars de réserves de change russes…

Advertisement

Cela dit, c’est un secret de polichinelle que les BRICS ont l’ambition de dédollariser leurs échanges commerciaux. Tout pays souhaitant rejoindre le club doit montrer patte blanche. Le candidat thaïlandais a par exemple récemment signé un accord pour abandonner le dollar dans ses échanges avec la Chine. Le Nigeria et l’Inde ont fait de même une semaine auparavant.

Le but inavoué est de retirer aux États-Unis leur privilège exorbitant. Ce dernier tient au fait que le dollar est la monnaie internationale par excellence. Ce privilège fut scellé par la seconde guerre mondiale (accords de Bretton Woods / Gold Standard) et ensuite par le pétrodollar.

Advertisement

La fin de l’étalon or en 1971 aurait pu creuser la tombe du dollar. Mais Washington a su maintenir son hégémonie monétaire en forçant les nations de l’OPEP à vendre leur pétrole en dollar. C’est le fameux « système du pétrodollar ».

Ce système a rapporté « 10 000 milliards de dollars tombés du ciel » d’après Vladimir Poutine. La raison étant que les banques centrales accumulent des réserves de dollars sous forme de bons du Trésor (dette américaine). Il en résulte une vigueur artificielle du dollar qui permet aux États-Unis d’importer beaucoup plus qu’ils n’exportent. Tel est le « privilège exorbitant ».

Advertisement

Plus pour longtemps. La Chine s’est encore débarrassée de bons du Trésor équivalents à 50 milliards de dollars au premier trimestre. L’Arabie saoudite n’est pas en reste. Son fonds souverain vient de réduire de 41 % son portefeuille d’actions US.

Le crépuscule du dollar

La FED de New York a récemment tenté de rassurer sur son blog. Elle y rappelle que la majorité des réserves de change globale est toujours composée de dollars. Nous pouvons lire que la baisse de la part du dollar dans les réserves de change globales ne serait que le fait d’un « petit groupe de pays (Chine, Russie, Inde, Turquie en tête) ».

Advertisement

Sauf que ce « petit » groupe représente près de 40 % de la population mondiale… Et non des moindres. En 1995, le PIB du Japon était 15 fois supérieur à celui de l’Inde. Les deux pays sont aujourd’hui au coude à coude. Et ne parlons pas de la trentaine de pays qui souhaite rejoindre les BRICS.

Le dollar ne représente probablement plus que 54 % des réserves de change mondiales (équivalentes à 12 332 milliards $ d’après le FMI). C’était plus de 80 % à l’époque du Gold Standard.

Advertisement

Pour le ministre des Affaires étrangères indien Subrahmanyam Jaishankar, « la domination des États-Unis, qui a commencé après la fin de la guerre froide, a pris fin ».

L’ancien chef de la diplomatie singapourienne George Yeo n’a pas dit autre chose à propos du privilège exorbitant : « Vous pouvez imprimer des dollars, mais un jour, vous ne pourrez plus le faire et il faudra choisir entre produire des armes ou du beurre. L’événement clé sera la rupture de la primauté du dollar. Et nous savons tous que cela arrivera, parce c’est une situation anormale ».

Advertisement

Même les Américains se rendent à l’évidence. L’ancien député et candidat à la présidence américaine Ron Paul pense que « le dollar sera rejeté en tant que monnaie de réserve internationale lors de la prochaine crise économique ».

Power Rangers

Cesser de financer la dette US impactera fortement le niveau de vie des Américains. La baisse du dollar se traduira par de l’inflation pour tous les produits importés.

Advertisement

Mais la question est de savoir par quoi les BRICS comptent remplacer le dollar ? C’est une chose de garder de l’or en réserve, s’en est une autre de réaliser des paiements internationaux. Les États-Unis ont déjà menacé la Chine d’une « déconnexion du dollar » (du réseau SWIFT).

L’or ne peut évidemment pas huiler les échanges internationaux. On entend souvent parler d’une monnaie formée d’un panier de monnaies circulant via un réseau de CBDC. Comme dit Saifedean Ammous, « ça ne marche pas comme ça, on n’est pas dans les Power Rangers ».

Advertisement
Bitcoin

Il faudra par ailleurs que les États-Unis acceptent cette monnaie. Or, il y a plutôt fort à parier qu’ils préféreront réduire leurs importations provenant de Chine. Nous irions au-devant d’une fragmentation des systèmes de paiement allant de pair avec une déglobalisation.

L’occident n’acceptera probablement que de jouer à armes égales. Il faudra pour cela une monnaie faisant office de monnaie de réserve ET en même temps de système de paiement dont personne ne pourrait être exclu.

Advertisement

Nous parlons bien du Bitcoin, la seule monnaie existant en quantité absolument finie et dont les transactions ne peuvent pas être censurées tant qu’il y aura des mineurs éparpillés aux quatre coins du monde.

C’est le Bitcoin que les BRICS doivent embrasser lors de la prochaine crise économique majeure. L »investisseur légendaire Peter Brandt prédit que le prix du Bitcoin augmentera de 340% par rapport à l’or d’ici 18 mois…

Advertisement

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme ‘Read to Earn’ ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.

Cliquez ici pour rejoindre ‘Read to Earn’ et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !

Nicolas T. avatar

Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, “the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy”.

DISCLAIMER

Advertisement

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

function launch_google_analytics() { var el = document.createElement('script'); el.setAttribute('type', 'text/javascript'); el.setAttribute('async', true); el.setAttribute('src', '//www.googletagmanager.com/gtag/js?id=G-MCDLS7NHBD'); document.body.append(el); window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'G-MCDLS7NHBD', {'anonymize_ip': true}); gtag('config', 'G-MCDLS7NHBD', {'link_attribution': true});

}

Advertisement

function launch_linkedin_pixel() { _linkedin_partner_id = '3766114'; window._linkedin_partner_id = '3766114'; window._linkedin_data_partner_ids = window._linkedin_data_partner_ids || []; window._linkedin_data_partner_ids.push(_linkedin_partner_id); (function(l) { if (!l){window.lintrk = function(a,b){window.lintrk.q.push([a,b])}; window.lintrk.q=[]} var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; var b = document.createElement('script'); b.type="text/javascript";b.async = true; b.src="https://snap.licdn.com/li.lms-analytics/insight.min.js"; s.parentNode.insertBefore(b, s);})(window.lintrk); }

function launch_microsoft_clarity() { if (typeof window.clarity !== 'undefined') { window.clarity("consent"); } }

Advertisement

function launch_loyalty_program_1world() { if (typeof window.OWOStorageSolutionManager !== 'undefined' && typeof window.OWOStorageSolutionManager.allow !== 'undefined') { window.OWOStorageSolutionManager.allow(); } }

(function(w,d,s,l,i){w[l]=w[l]||[];w[l].push({'gtm.start':new Date().getTime(),event:'gtm.js'});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!='dataLayer'?'&l="+l:"';j.async=true;j.src="https://www.googletagmanager.com/gtm.js?id="+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);}) (window,document,'script','dataLayer','GTM-KCC4DFK'); document.addEventListener('DOMContentLoaded', function() {

Advertisement

var el = document.createElement('script'); el.setAttribute('type', 'text/javascript'); el.setAttribute('async', true); el.setAttribute('src', 'https://www.clarity.ms/tag/' + 'j0pngcg8ry'); document.body.append(el); window.clarity = window.clarity || function() {(window.clarity.q = window.clarity.q || []).push(arguments);}; }); void 0 === window._axcb && (window._axcb = []); window._axcb.push((axeptio) => { axeptio.on("cookies:complete", (choices) => { if (choices.google_analytics) { launch_google_analytics(); } if (choices.facebook_pixel) { launch_facebook_pixel(); } if (choices.Linkedin) { launch_linkedin_pixel(); } if (choices.clarity) { launch_microsoft_clarity(); } if (choices.loyalty_program) { launch_loyalty_program_1world(); } else { if (typeof window.OWOStorageSolutionManager !== 'undefined' && typeof window.OWOStorageSolutionManager.disable !== 'undefined') { window.OWOStorageSolutionManager.disable(); } } }); }); window.axeptioSettings = { clientId: '60df16cf7559213aac28972d', cookiesVersion: 'FR', googleConsentMode: { default: [ { analytics_storage: 'denied', ad_storage: 'denied', ad_user_data: 'denied', ad_personalization: 'denied', wait_for_update: 500, }, { region: ['US'], analytics_storage: 'granted', ad_storage: 'granted', ad_user_data: 'granted', ad_personalization: 'granted', wait_for_update: 500, } ] } }; document.addEventListener('DOMContentLoaded', () => { var el = document.createElement('script'); el.setAttribute('type', 'text/javascript'); el.setAttribute('async', true); el.setAttribute('src', 'https://loyalty-wleu.1worldonline.com/points-balance-widget.js'); document.body.append(el); if (typeof window.OWOStorageSolutionManager !== 'undefined' && typeof window.OWOStorageSolutionManager.disable !== 'undefined') { window.OWOStorageSolutionManager.disable(); } const urlParams = new URLSearchParams(window.location.search); if (urlParams.has('logged-out') && urlParams.get('logged-out') === '1') { const checkFunctionExist = setInterval(() => { if (typeof window.logout1WO === 'function') { setTimeout(window.logout1WO, 500); clearInterval(checkFunctionExist); } }, 100); } });

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *