Connect with us

Entreprises

Le Greenback au centre de l’interview de Vladimir Poutine

Published

on

Spread the love


11h46 ▪
5
min de lecture ▪ par
Nicolas T.

Advertisement

L’interview de Vladimir Poutine par le journaliste américain Carlson Tucker fut haute en couleur. Surtout la dialog à propos du greenback.

poutine

La fin de l’hégémonie du greenback ?

L’échange a duré plus de deux heures et couvre principalement la guerre en Ukraine. Mais Tucker Carlson, qui mettait déjà en garde les Américains contre les conséquence de la fin de l’hégémonie du greenback en avril dernier, est ausi revenu sur ce sujet clé.

Advertisement

Réagissant à une query quant à la place du greenback dans le monde à l’aune des récentes sanctions contre la Russie, Vladimir Poutine s’est montré incisif.

« Utiliser le greenback comme une arme de politique étrangère est l’une des plus grandes erreurs stratégiques commises par les dirigeants politiques américains. Le greenback est la pierre angulaire du pouvoir des États-Unis.

Advertisement

Je pense que tout le monde comprend très bien que quel que soit le nombre de {dollars} imprimés, ils sont rapidement dispersés dans le monde entier. [Il en résulte] une inflation minime aux États-Unis. Elle est de l’ordre de 3 ou 3,4 %, ce qui est, je pense, tout à fait acceptable pour les États-Unis. Mais ils n’arrêteront pas d’imprimer.

La dette dépasse les 33 000 milliards de {dollars}, mais malgré ça, les États-Unis utilisent le greenback comme principale arme pour préserver leur pouvoir à travers le monde. Les dirigeants politiques ont porté un coup à la puissance américain à l’on the spot même où ils ont décidé d’utiliser le greenback américain comme outil de lutte politique. Je ne voudrais pas utiliser un langage trop fort, mais c’est une selected stupide à faire e ainsi qu’une grave erreur. »

Advertisement

Pour le président russe, Washington se tire une balle dans le pied. Ce qui n’est probablement pas sans lui déplaire. En effet, Vladimir Poutine appelle depuis des années à la dédollarisation des échanges globaux, sachant très bien qu’il s’agit là du talon d’Achille de l’Empire.

« Regardez ce qui se passe dans le monde. Même les alliés des États-Unis réduisent leurs réserves en {dollars}. Tout le monde begin à chercher des moyens de se protéger. Le fait que les États-Unis sanctionnent certains pays through des restrictions sur les transactions, le gel des réserves de change, and many others., suscite de vives inquiétudes et envoie un sign au monde entier.

Advertisement

Jusqu’en 2022, environ 80 % des transactions internationales russes se faisaient en {dollars} et en euros. Le greenback représentait environ 50 % de nos transactions vers l’étranger. Aujourd’hui, ce n’est plus que 13 %. Ce n’est pas nous qui avons interdit l’utilisation du greenback américain. Nous n’en avions pas l’intention [Grand sourire sur le visage de V. Poutine]. Ce sont les États-Unis qui ont décidé de restreindre nos transactions en {dollars} américains. […] Nos transactions en yuans représentaient 3 % auparavant ; aujourd’hui, 34 % de nos transactions sont effectuées en roubles et à peu près autant en yuans.

[…] En outre, d’autres pays, y compris des producteurs de pétrole, envisagent et acceptent déjà de vendre leur pétrole en yuan. Vous rendez-vous compte de ce qui se passe ? Est-ce que quelqu’un aux États-Unis s’en rend compte ? Que faites-vous ? Demandez à n’importe quelle personne intelligente et réfléchie aux États-Unis ce que le greenback signifie pour les États-Unis. Vous êtes en practice de le tuer de vos propres mains. »

Advertisement
Retrouvez une transcription de l’ensemble de l’interview en Français ICI.

En somme, Vladimir Poutine suggère que ce n’est pas lui qui est tombé dans un piège en Ukraine. Mais plutôt les États-Unis. Geler 300 milliards de {dollars} et d’euros et déconnecter la Russie du réseau SWIFT a déclenché une fronde mondiale emmenée par les BRICS.

Toutes les guerres que mènent les États-Unis visent in superb à protéger le privilège exorbitant que leur confère leur hégémonie monétaire. Mais il semblerait que le monde en ait assez.

Advertisement

Si les grandes nations cessent de commercer en greenback, il devient inutile pour leurs banques centrales de garder des {dollars} (sous forme de dette US). La conséquence directe sera une baisse du greenback. Il ne sera plus attainable pour les États-Unis de profiter d’une stability commerciale chroniquement déficitaire.

Tout cela se traduira par de l’inflation. Dit autrement, les Américains devront se serrer la ceinture. Ce qui ne devrait pas faire de mal à la planète, ni aux Américains, par ailleurs…

Advertisement

Le monde aura tôt ou tard besoin d’un remplaçant au greenback. Et qu’on se le dise, ce ne sera pas le relique barbare, mais le bitcoin.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme ‘Learn to Earn’ ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des factors et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.

Advertisement

Nicolas T. avatar

Nicolas T.

Le Bitcoin est une éruption d’énergie chiffrée incensurable se diffractant aux quatre cash d’un monde en ébullitions géopolitique et inflationniste. Je vous tiens au courant.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Advertisement

}

function launch_linkedin_pixel() { _linkedin_partner_id = '3766114'; window._linkedin_partner_id = '3766114'; window._linkedin_data_partner_ids = window._linkedin_data_partner_ids || []; window._linkedin_data_partner_ids.push(_linkedin_partner_id); (function(l) { if (!l){window.lintrk = function(a,b){window.lintrk.q.push([a,b])}; window.lintrk.q=[]} var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; var b = document.createElement('script'); b.type="text/javascript";b.async = true; b.src="https://snap.licdn.com/li.lms-analytics/insight.min.js"; s.parentNode.insertBefore(b, s);})(window.lintrk); }

Advertisement

function launch_microsoft_clarity() { if (typeof window.clarity !== 'undefined') { window.clarity("consent"); } }

function launch_loyalty_program_1world() { if (typeof window.OWOStorageSolutionManager !== 'undefined' && typeof window.OWOStorageSolutionManager.allow !== 'undefined') { window.OWOStorageSolutionManager.allow(); } }

Advertisement

(function(w,d,s,l,i){w[l]=w[l]||[];w[l].push({'gtm.start':new Date().getTime(),event:'gtm.js'});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],j=d.createElement(s),dl=l!='dataLayer'?'&l="+l:"';j.async=true;j.src="https://www.googletagmanager.com/gtm.js?id="+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);}) (window,document,'script','dataLayer','GTM-KCC4DFK'); document.addEventListener('DOMContentLoaded', function() ); void 0 === window._axcb && (window._axcb = []); window._axcb.push((axeptio) => { axeptio.on("cookies:complete", (choices) => { if (choices.google_analytics) { launch_google_analytics(); } if (choices.facebook_pixel) { launch_facebook_pixel(); } if (choices.Linkedin) { launch_linkedin_pixel(); } if (choices.clarity) { launch_microsoft_clarity(); } if (choices.loyalty_program) { launch_loyalty_program_1world(); } else { if (typeof window.OWOStorageSolutionManager !== 'undefined' && typeof window.OWOStorageSolutionManager.disable !== 'undefined') { window.OWOStorageSolutionManager.disable(); } } }); }); window.axeptioSettings = { clientId: '60df16cf7559213aac28972d', cookiesVersion: 'FR', }; document.addEventListener('DOMContentLoaded', () => { var el = document.createElement('script'); el.setAttribute('type', 'text/javascript'); el.setAttribute('async', true); el.setAttribute('src', 'https://loyalty-wleu.1worldonline.com/points-balance-widget.js'); document.body.append(el); if (typeof window.OWOStorageSolutionManager !== 'undefined' && typeof window.OWOStorageSolutionManager.disable !== 'undefined') { window.OWOStorageSolutionManager.disable(); } const urlParams = new URLSearchParams(window.location.search); if (urlParams.has('logged-out') && urlParams.get('logged-out') === '1') { const checkFunctionExist = setInterval(() => { if (typeof window.logout1WO === 'function') { setTimeout(window.logout1WO, 500); clearInterval(checkFunctionExist); } }, 100); } });

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.